Umbrae Bellum

Un RPG contemporain/fantastique, dans un monde où derrière la routine se cache une guerre secrète entre police et mafia...(Yuri/yaoi autorisé, âge conseillé 15 ans)
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Réconfort après l'effort. (Sei)

Aller en bas 
AuteurMessage
Svenja Maelstrom
Beauté Glacée
avatar

Nombre de messages : 10
Age : 31
Localisation : Quelque part à la surface de cette Terre
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Réconfort après l'effort. (Sei)   Dim 27 Jan - 1:13

La nuit venait de tomber sur Tokyo et l'horizon n'était plus qu'une ligne rougeoyante hapé par le char de la Nuit. A ce moment là, une toute nouvelle faune sortait de son antre, bave aux lèvres et crocs sortis. Des néons clignotants et des bâtiments tout en verre où la lune se mirait avec coquetterie, cette architecture surfaite, toute la technologie mêlée en une seule ville. Quelques bruits de moteur, des odeurs de cuisine qui sortaient des ruelles glauques

Un taxi cheminait dans les rues, à l'arrière se trouvait une ombre étrangement fine mais effryante. Parfois, les lampadaires projetaient dans ses yeux une lumière, montrant cette couleur naturelle, un bleu quasiment blanc. Le taxi vrombissant cheminait lentement vers le quartier Shibuya où Svenja avait réussit, par des moyens plus ou moins... Catholiques, à se trouver un très bel appartement avec une jolie vue et un petit balcon. Les relations marchaient fort. Sans compter les petits trafics...

Mais là n'était pas la question. Le chauffeur demanda si c'était la bonne rue, Svenja se contenta d'une sorte de grognement ou de gémissement affirmatif. Ce conducteur japonais semblait plus intéressé par le physique de sa passagère. La voiture ralentit puis s'arrêta complètement devant une petite tour d'allure assez chic. Il lui indiqua le prix à payer et Svenja prit son sac, l'ouvrit et fit mine de fouiller.


"Oh je... Je suis vraiment navrée, je ne trouve plus mon porte-feuille..."

La voix étherée de la belle vampire aux crocs retractés sembla envoûter l'homme. Svenja était un peu penchée en avant, sa jambe légèrement sur le côté ressortait de la fente de sa robe serrée.

"Ne vous inquiétez pas... Bienvenue à Tokyo, c'est un honneur de vous avoir parmis nous. C'est un cadeau."

Svenja cacha un sourire satisfait avant de se pencher légèrement vers l'homme et lui murmurer.

"C'est un honneur... Même si j'aurais pu payer autrement."

Elle hésita à le mordre. Mais non, la voiture qui tournait, cela aurait fait trop suspect. Svenja descendit de la voiture, prit ses bagages dans le coffre et entra dans l'immeuble.
C'était très sobre, des lignes épurées et une plante verte tronnait près de la porte magnétique.


*Charme nippon...*

S'emparant de ses clefs, elle pénetra dans la bâtisse en elle même et monta jusque chez elle.

Son appartement était spacieux, un peu à l'occidentale, une entrée en noir et blanc, une salle/salon en bleu et violet, très pâle. Sa chambre, elle était en un violet plus foncé. Elle penserait à refaire la décoration. S'installant à son aise dans sa nouvelle antre, la belle décida de ne pas attendre plus longtemps avant de visiter le quartier. Juste le temps de se changer.

Elle troqua un beau manteau long et sa longue robe noire "de voyage" contre un corset rouge et noir ainsi qu'une jupe largement fendue ainsi que des bas résilles, des chaussures compensées en cuir vernis, bref, le parfait attirail de la dominatrice. A sa ceinture, son fouet se faisait discret mais toujours présent. Elle prit une cape de velours doublée de satin, se remaquilla légèrement les yeux et plus minutieusement la bouche. La couvrant d'une magnifique couleur rouge... Sang. Elle en profita pour arranger ses cheveux blancs/blonds platine et se mettre des lentilles vertes claires.

Elle ne tarda pas à quitter sa future tanière de luxure et descendit dans la rue. Tous ces néons, ces mendiants qui seraient sans doute parfois une maigre pitance dont elle devrait se contenter.


*Leur sang ne doit pas être fort savoureux.*

Et ces gens, des zombies qui marchaient sans but, des soupirs déchirants franchissants sans cesse leurs lèvres sèches et gercées. C'était triste d'un sens. La belle vampire réprima un ricanement. Un bar attira son attention. Des lumières roses et rouges, des façades voilées... Un bar à filles ? La musique qui y résonnait semblait indiquer bien plus qu'une sorte de maison close.

La belle entra dans le bar, soulevant bien sûr les regards, vu la façon dont elle était habillée. Son décolleté outrageusement offert, ses jambes découvertes ainsi que des pièces de viandes sur lesquelles baver. Svenja croisa le regard de plusieurs danseuses, presque déjà nues. Dont une plutôt mignonne...
D'une de ses poches intérieures, elle sortit une belle somme qu'elle glissa dans l'ultime lanière qui retenait ce bout de tissus qui cachait encore son intimité.

Ne se souciant pas de l'expression de cette fille, elle s'assit à une table, seule et commanda une vodka en s'assurant qu'ils avaient de la Finlandia.

Sirotant son verre, Svenja regarda longuement autour d'elle et vit un jeune homme, l'allure presque honteuse de regarder ce spectacle. La musique déjà forte masqua le bruit des pas de Svenja qui se coula juste derrière lui et lui glissa à l'oreille.


"Tu es gêné ?
- N... Non... Je... Qui êtes vous ?"


En se retournant pour voir de qui il s'agissait, il prit une posture tout de suite très soumise. Svenja eu un sourire sadique, un vrai sourire de maîtresse sévère, perverse...
Elle prit un papier et un stylo plume.


¤ Maîtresse Svenja. ¤

Il n'osa pas relever son regard vers elle.

¤ Si tu es interessé, suis-moi. ¤

Svenja avait reperé une de ces salles presque insonorisées et que même la musique empêchait de rendre audible. Tandis qu'elle se levait, la main de l'homme s'attarda sur sa cuisse... Elle poursuivit sa route vers la pièce, vide, encore impregnée de relents âcres de sexe et de perversion, de vice.

Il l'avait suivie et lorsqu'il entra, elle ne se soucia pas de savoir si la porte était fermée pour l'envoyer valser contre un canapé.


"Espèce de chien, tu vas être puni pour avoir touché une maîtresse."

Elle prit son fouet d'un coup de main...
La suite des évènements n'est même pas contable tant l'homme semblait souffrir, mais il murmurait qu'il en voulait encore et Svenja, ivre de cette douleur qu'elle lui procurait, frissonait de plaisir à chaque fois que la courroie venait choir sur le dos du jeune homme dont la chemise était teintée de sang.

Il était tant, elle le sentait, elle avait Soif. Alors qu'il était effondré au sol mais qu'il continuait de murmurer "Encore", elle se pencha sur lui, retractant ses crocs, le plaisir effaçant toute douleur.
Elle releva son menton et le força à ouvrir les yeux.


"Je vais t'offrir bien mieux... Adieu, soumis..."

Elle acheva cette phrase en plantant ses ongles dans un côté du cou du pauvre jeune homme et perça de ses crocs la peau encore un peu juvénile de cette belle proie... La biche avait été plus forte.

Penchée sur sa proie, ne se doutant pas que la porte était encore ouverte, Svenja offrait l'une des plus belles vues au monde : Un vampire se délectant du sang de sa victime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seikyo Madarame
Croqueuse d'homme
avatar

Nombre de messages : 42
Age : 25
Localisation : En train de courtiser un homme
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Réconfort après l'effort. (Sei)   Dim 3 Fév - 19:38

Une présence agréable près d’elle,des bras qui la rassurait,ne plus se sentir seule,elle semblait si fragile à dormir comme cela alors que la nuit s’apprêtait à tomber.A cette douce vision son amant d’une journée ne put s’empêcher de sourire.Il ne l’aurait qu’une seule fois,mais cette unique fois le bouleverserait pour toujours.Rien que de pouvoir la contempler comme cela,il en était ravit.Tout allait pour le mieux,tant qu’elle ne s’éveillait pas elle lui appartenait encore,cette idée d’appartenance le troublait et l’envoûtait à la fois,il en venait à prier inconsciemment que sa belle au bois dormant ne se réveille jamais.Néanmoins la belle en question ne semblait pas disposée à lui permettre d’accomplir son rêve.Elle ouvrit doucement ses yeux le fixant d’un regard qu’on aurait pu qualifier de doux si son sourire retord et mesquin ne venait pas tout gâcher.Elle allait faire comme d’habitude et jouer la mante religieuse.Comme elle,elle se préparait à tuer son mari.Ca ne lui posait en général aucun problème,il suffisait qu’elle se laisse un peu aller,qu’elle plante avec allégresse ses crocs et la fin était sûre…
Il y aurait du prince charmant au dîner….

Malgré tout elle n’allait pas s’amuser à se prendre pour cendrillon et oublier quelque affaire qui la ferait aussitôt reconnaître.elle vérifia donc plusieurs fois si elle n’avait pas oublier l’équivalent moderne de la pantoufle de verre,et s’assit sur le rebord de la fenetre.Il ne fallait pas qu’on la voit sortir seule,ce serait bien trop dangereux.Elle s’accorda une seconde,le temps d’obsrever avec délectation l’astre finir sa courbe descendante.dans le noir le plus complet elle se laissa alors tomber dans la petite ruelle adjacente à sa fenêtre.Personne ne l’avait vu,tout allait bien.

Elle n’était pas encore rassasié ce soir,il lui fallait encore quelque chose de plus,mais c’était une soif différente de celle dont elle avait l’habitude,une envie de découvrir innocemment le vice sous sa forme la plus pure.Du moins si le terme innocent convient à sa manière de faire…

Inconsciemment elle avait marché jusqu’à une de ses endroits dont on devine aisément la fonction,il suffisait d’entendre les rires gras des buveurs attablés,mais pour cette fois ,un bar classique ne lui suffisait pas,il lui fallait quelque chose de plus étrange et envoûtant,un endroit où les hommes en manque de rêve aiment aller,un endroit qu’elle fréquentait rarement afin de ne pas dégoûter les pauvres femmes qui ne l’égalait pas.Elle finirait bien par trouver l’endroit idéal,elle avait toujours ce qu’elle voulait.

Elle passa avec l’air fier qui ne la quittait pas,devant un mendiant ayant pour seule compagnie une canette de bière à moitié terminée,qui alla bien vite rejoindre ses sœurs dans le tas qui l’entourait.Dans son ébriété,l’homme la prit pour une sorte d’ange.A ces mots,elle se mit à rire.


"En effet je suis un ange et je viens vous offrir le paradis en tant que martyr."

Avec un sourire qui n’avait rien d’angélique,elle plongea sa main dans la poitrine du malheureux et broya doucement son cœur.Elle en était sûre,après une telle mort il ne pouvait pas aller en enfer,il avait trop souffert.Elle aurait fait au moins un heureux cette nuit-là…

Tranquillement,en fredonnant un air connu d’elle seule,elle continua son chemin et arriva devant un endroit qui obtint tout de suite toute son approbation :les façades voilées,une musique très différente de son murmure,elle entra donc.A cet instant pour la deuxième fois de la soirée,les hommes cessèrent de s’intéresser aux danseuses, ce n’était pas sa tenue qui les attiraient mais sa prestance.Car cette nuit là elle ne portait pas d’habits particulièrement provocants.Si ce n’est sa jupe un peu plus courte que la normale et un décolleté raisonnable.
De toute façon ce soir là elle n’était pas à prendre,par pour le moment en tout cas.

Elle remarqua qu’une des portes du fond de la salle n’était pas fermée ce qui excita sa curiosité.De plus la présence qu’elle ressentait dans cette pièce lui semblait familière sans qu’elle puisse s’expliquer pourquoi.Elle se glissa aussi discrètement que possible vers la porte en question,et entra dans la pièce.

Le spectacle qu’on lui offrait la fit sourire,adossée au mur elle ne perdait aucun détail.La souffrance de l’homme la réjouissait plus que tout,elle avait l’impression d’être une voyeuse mais peu lui importait.Elle ne parvenait toujours pas à expliquer ce qui l’attirait vers cette femme.

Elle lui laissa le temps de finir son dîner puis ferma tranquillement la porte et avec un sourire mesquin lui adressa un bonsoir élégant,du moins c’était ce que signifiait ses paroles.


"Je vois que je ne suis pas la seule à vouloir m’amuser ce soir,j’espère que je trouverai d’autres jouets…"

Bien évidemment,elle envisageait sérieusement de se servir de sa semblable comme d’une proie potentielle,chose qu’elle faisait assez régulièrement mais cette fois cela lui était vraiment nécessaire,ne serait ce que pour comprendre cette impression de déjà vu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Réconfort après l'effort. (Sei)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (JULIAN&GIULIA) ? Après l'effort... (peut-être) le réconfort ?
» Contraception pendant l'allaitement... et après
» La soupe du réconfort, by holo
» Archives départementales - Inventaire après décès
» Oter l'odeur de transpiration même après le lavage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Umbrae Bellum :: Detente [hors RPG] :: Archives-
Sauter vers: